Passer au contenu

/ École de travail social

Je donne

Rechercher

Navigation secondaire

Comité antiraciste et inclusif de l'École de travail social de l'UdeM (CAÉTSUM)

Engagement de l'École de travail social contre le racisme anti-noir, systémique et les oppressions....

Dans le contexte sociétal actuel marqué par la mort de George Floyd aux États-Unis et de nombreuses manifestations et reportages médiatiques à Montréal (et partout dans le monde) contre le racisme anti-noir et la brutalité policière, l’École souhaite réaffirmer son engagement à lutter contre le racisme anti-noir, le racisme systémique, les oppressions et autres violences structurelles concernant aussi d’autres groupes racisés et des personnes autochtones, en situation de handicap, en situation de pauvreté, LGBTQI+, et vivant des problèmes de santé mentale.

En novembre 2019, l’École de travail social de l’Université de Montréal a produit un rapport présentant une synthèse exploratoire des mesures et des politiques en matière d’équité et de justice sociale mises en œuvre par les Écoles et les facultés de travail social au Québec et au Canada. Poursuivant cette démarche d’investigation, l’École a souhaité échanger avec les membres noirs de sa communauté. Ces moments d’échange visaient à favoriser le dialogue et l’entraide mutuelle, à réfléchir collectivement sur la manière dont l’École pourrait continuer à lutter contre le racisme anti-noir, le racisme systémique et d’autres oppressions structurelles, que plusieurs études au Québec comme au Canada ont largement montré, afin de favoriser l’équité et l’inclusion au sein de l’École de travail social de l’Université de Montréal.

À la suite de ces échanges qui ont eu lieu lors de deux ateliers consécutifs les membres noirs ont d’abord été amenés à explorer les impacts de la mort de Georges Floyd sur eux-mêmes et leurs proches, leur perception du racisme au Québec et leur compréhension de la démarche entamée par l’École. La plupart des participant.e.s ont mentionné avoir ressenti de l’anxiété, de la frustration, de l’impuissance et une angoissante impression d’isolement social dans un contexte marqué par le confinement. De plus, les actes de racisme anti-noir aux États-Unis et au Québec qui ont été récemment médiatisés ont eu des effets de résonance et des impacts psychologiques négatifs chez les participants.e.s. Le racisme anti-noir au Québec se manifeste dans plusieurs domaines tels que l’emploi et l’éducation, comme en témoignent le récit de certains étudiant.e.s.

Au regard de ces ateliers et des recommandations qui en découlent, l’École de travail sociale de l’Université de Montréal a voté la mise en œuvre d’un comité statutaire : le Comité antiraciste et inclusif de l’École de travail social de l’UdeM (CAÉTSUM). Son mandat sera de collaborer avec l’École de travail social et ses divers comités et associations dans la volonté d’offrir un milieu inclusif et exempt de discriminations raciales pour toutes les personnes racisées de l’École; offrir un espace de soutien, de partage, de confiance (safer spaces) pour les personnes racisées et victimes de racisme à l’intersection d’autres motifs de discrimination; offrir des avis et des recommandations au comité de direction de l’École concernant les enjeux de racisme et d’inclusion touchant sa communauté.

Par les démarches mentionnées ci-haut et les actions qui en découlent, l’École de travail social et les membres de sa communauté dénoncent toutes les formes de racisme anti-noir, de rapports colonialistes, d’oppression et d’autres violences structurelles. De telles démarches ne peuvent être entreprises sans une réflexion critique, une sensibilisation, un dialogue continuel et une lutte que nous souhaitons maintenir.

 

Mission

Collaborer avec l’École de travail social et ses divers comités et associations dans la volonté d’offrir un milieu inclusif et exempt de discriminations raciales pour toutes les personnes racisées de l’École; offrir un espace de soutien, de partage, de confiance pour les personnes racisées et victimes de racisme à l’intersection d’autres motifs de discrimination (par ex. statut migratoire, religion, orientation sexuelle, identité de genre, etc.); offrir des avis et des recommandations au comité de direction de l’École concernant les enjeux de racisme et d’inclusion touchant sa communauté.

 

Objectifs spécifiques

  • Entreprendre des activités d’évaluation continue afin de mieux saisir la forme et l’ampleur que prend le racisme à l’école de travail social; 
  • Collaborer à l’implantation de mécanismes structurels et pédagogiques pour lutter contre toute forme de racisme, y compris le racisme systémique, à l’École de travail social et à l’Université de Montréal:
    • Assurer une présence et une participation aux différents niveaux décisionnels de telle manière que les enjeux de racisme soient identifiés;
    • Collaborer avec le comité de formation pratique (stage) et la direction de l’École de manière à ce que les situations de discrimination raciale en contexte de stage soient identifiées et résolues;
    • Veiller à l’intégration, de manière transversale, des questions d’inégalité, de justice sociale et de discrimination raciale dans les cours et programmes de baccalauréat, de DESS, de maîtrise et de doctorat de l’École;
  • Soutenir les étudiant.e.s, chargé.e.s de cours, professeur.e.s et personnels administratifs vivant du racisme en les accompagnant dans les différentes démarches de défense des droits;
  • Outiller et aider les enseignant.e.s, les étudiant.e.s, le personnel administratif à saisir les questions de racisme à l’École, à l’université et dans la société, en mettant l’emphase sur les contextes sociétaux et médiatiques et leurs effets de résonance sur les personnes racisées;
  • Promouvoir les perspectives théoriques postcoloniales, décoloniales et antiracistes et d’autres théories critiques au sein de l’École;
  • Promouvoir, de façon respectueuse, les débats, les nuances, les expériences et les différents points de vue autour de la question du racisme et des autres formes d'oppression et d'inégalités;
  • Constituer une École d’été sur le racisme en utilisant divers outils permettant aux participant.e.s de prendre la place d’une personne vivant de la discrimination raciale;
  • Veiller au recrutement, à l’intégration harmonieuse et à la rétention de personnes racisées de manière à ce que le personnel de l’École reflète la diversité des personnes la composant;
  • Créer une cellule ou espace de confiance où les personnes subissant le racisme associé à d’autres motifs de discrimination puissent être libres de parler et d’échanger (safer spaces). 

 

Suivez l'actualité foisonnante dans ce secteur !